Le bonheur authentique

Le bonheur authentique

Tout a été dit, écrit et enseigné à propos du bonheur. Cela n’empêche pas la parution d’un nombre sans cesse croissant de nouveaux ouvrages consacrés au bonheur et qui rencontrent un franc succès  Parmi eux, les plus plébiscités sont ceux qui proposent des recettes toutes faites, des listes à remplir et des exer­cices à effectuer pour trouver la félicité. La tendance est aux self-help books, des ouvrages destinés à ensei­gner la façon de se prendre en charge soi-même pour résoudre différents aspects négatifs de la vie et créer la perspective d’un avenir plus positif. Lire la suite

L’art de l’écoute

L’art de l’écoute

Dans ces périodes que nous vivons, de grands bouleversements politiques, économiques et sociaux, où chacun semble vouloir se replier sur soi-même, l’importance de l’écoute de l’autre prend tout son sens.

Comme Goethe l’écrit : « Parler est un besoin, écouter est un art ».

Oui, écouter est un art, un don de soi à l’autre, un moment pendant lequel je « m’efface » pour lui accorder toute mon attention, pour lui donner toute l’importance. Lire la suite

Le vagabond et le jardinier

Le vagabond et le jardinier

Un vagabond, sur son chemin, rencontre un vieillard occupé à planter devant sa maison quel­ques rejetons d’olivier. Il lui dit, rieur :

– Hé, bonhomme, crois-tu vivre assez vieux pour voir ces pousses-là te faire un jour de l’ombre ?

– Je fais, lui répond l’autre, mon travail de tou­jours, comme si j’avais devant moi une éternité d’oliviers. Lire la suite

L’arbre

L’arbre

À l’époque où notre monde n’était pas hérissé de tours, on disait que les arbres étaient les piliers du ciel. On contait aussi qu’aux premiers temps, Dieu vivait à portée de voix humaine. Il suffisait de lever le bras pour le toucher. Après le repas, les hommes s’essuyaient les mains sur le ciel, et il arrivait aux pileuses de mil, si elles levaient trop haut leur pilon au-dessus de leur chevelure, de chatouiller les pieds de Dieu. Lire la suite

Et si l’on profitait des vacances pour vivre ?

Et si l’on profitait des vacances pour vivre ?

Perdus dans l’action, la pensée, le souvenir, l’anticipation, dans un monde de problèmes, nous avons oublié ce que les pierres, les plantes et les animaux savent encore. Nous avons oublié com­ment être calmes, nous-mêmes, être là où se trouve la vie : ici et maintenant.

Voyez comme chaque animal, chaque végétal est tout à fait lui-même. À la différence des humains, il ne s’est pas scindé. Sa vie ne dépend pas d’une image mentale de lui-même, il ne se soucie pas de la proté­ger ni de l’améliorer. L’animal est lui-même. La fleur est elle-même. Lire la suite

Le miracle du lait

Le miracle du lait

Cette sainte nonne était vieille, cent ans bientôt, bon cœur, bon œil, mais mal partout et souffle court. Elle n’en avait plus pour longtemps. La supérieure du couvent, brave femme compatissante et toute pétrie de bon sens, lui dit un soir :

–   Sœur Geneviève, vous souffrez inutilement. Je sais ce qui ferait du bien à ces douleurs crépus­culaires qui vous empêchent de dormir. Trois tasses de cognac par jour, le matin, à midi, le soir. Vous n’en seriez pas plus alerte, mais plus paisible, sûrement. Lire la suite

La présence consciente, c’est quoi ?

La présence consciente, c’est quoi ?

Comme il est facile de se prendre au piège de ses propres prisons mentales !

En effet, le flux de la pensée a une force énorme qui peut aisément nous emporter. Chaque pensée se donne tellement d’importance ! Elle veut attirer toute notre attention.

Le mental humain, dans son désir de connaître, de comprendre et de contrôler, prend ses opinions et points de vue pour la vérité. Il dit : c’est ainsi que cela fonctionne ! Ainsi les dogmes, religieux, politiques, scientifiques, naissent de la croyance erronée selon laquelle la pen­sée peut englober la réalité ou la vérité. Ils sont des prisons conceptuelles collectives. Le plus curieux, c’est que les gens adorent leur cellule, car elle leur donne un sentiment de sécurité et la fausse impres­sion de savoir. Lire la suite