Se relaxer et sourire

Se relaxer et sourire

Lorsque notre corps n’est pas détendu, si nous subissons trop d’émotions fortes, alors notre respiration ne peut pas être calme.

En revanche, si nous nous entraînons à respirer consciemment, nous remarquons que notre respiration s’apaise, devenant ainsi plus profonde, plus harmonieuse, libérée de toute tension.

La respiration consciente ramène notre esprit à notre corps. Revenant à notre corps, nous pouvons alors nous réconcilier avec lui. Plus nous pratiquons, plus nous prenons conscience de ce qui se passe dans notre corps, des tensions qui y siègent, des conflits que nous vivons. Peu à peu, nous percevons plus finement ce qu’il y a lieu de faire – ou de ne pas faire – pour être en bons termes avec lui. La respiration consciente nous permet de reconnaître notre corps comme notre véritable demeure. Nous pouvons commencer ainsi : Lire la suite

Zen toute la journée : mes trucs et astuces

Zen toute la journée : mes trucs et astuces

Zen au réveil

Le matin, je prends le temps de m’étirer, d’activer mes muscles un à un tel un chat. Je baille copieusement. Mon corps se réveille en douceur. J’évite de penser à ce que j’ai à faire dans la journée et je profite de ce réveil en douceur. Pour ce faire, j’avance mon réveil de quelques minutes avant l’heure prévue pour mon lever.

Puis je me lève à mon rythme, consciemment en effectuant des respirations abdominales, amples( icipendant quelques minutes. Je pratique ces respirations en étant attentive à mes sensations corporelles. Si je ressens des courbatures ou des tensions, je ralentis. Accélérer ne ferait qu’accroitre la sensation désagréable. Lire la suite

L’arbre

L’arbre

À l’époque où notre monde n’était pas hérissé de tours, on disait que les arbres étaient les piliers du ciel. On contait aussi qu’aux premiers temps, Dieu vivait à portée de voix humaine. Il suffisait de lever le bras pour le toucher. Après le repas, les hommes s’essuyaient les mains sur le ciel, et il arrivait aux pileuses de mil, si elles levaient trop haut leur pilon au-dessus de leur chevelure, de chatouiller les pieds de Dieu. Lire la suite

Venez respirer sur la dune

Venez respirer sur la dune

J’ôte mes chaussures : la chaleur du sable, l’humidité de la rosée sur l’herbe, le dénivelé qui m’oblige à faire des efforts pour me maintenir en équilibre me rappellent des souvenirs d’enfance. La marche sur ce terrain meuble fatigue et m’impose un rythme régulier. Mon pied s’enlise, se déroule péniblement. Cependant, il obéit à sa physiologie naturelle. Je sens mes talons, puis la voute plantaire se dérouler. Mes orteils s’écartent pour chercher une meilleure prise et assurer ma progression. Cet enchaî­nement redonne de la mobilité à toutes mes articulations, les libérant des contraintes et tensions inutiles imposées par mes chaussures. Je retrouve ma liberté de mouvement du talon aux orteils. Lire la suite

Après avoir pratiqué le yoga, j’ai découvert la sophrologie au détour d’un salon ZEN.

Au départ un peu timide et sur la réserve, j’ai tenté l’aventure. Mon but était de pouvoir gérer mon stress qui me génère des douleurs localisées notamment dans la nuque.

Sylvie nous a apporté beaucoup de douceur et elle est toujours à l’écoute pour nous aider à avancer dans le positif. Ces séances d’une heure m’ont apporté zénitude et m’ont aidée à gérer ma respiration en étant toujours à l’écoute de mon corps.

Je suis même devenue la championne des bâillements. Dès que j’entrais en séance tout mon corps se relaxait, ce qui faisait d’ailleurs beaucoup rire mes comparses.

Au quotidien j’essaie toujours de respirer quand un évènement entraine tension et / ou du stress.

Merci à Sylvie pour tout ce qu’elle m’a apporté.

Suzy M.,43 ans.

Et si l’on profitait des vacances pour vivre ?

Et si l’on profitait des vacances pour vivre ?

Perdus dans l’action, la pensée, le souvenir, l’anticipation, dans un monde de problèmes, nous avons oublié ce que les pierres, les plantes et les animaux savent encore. Nous avons oublié com­ment être calmes, nous-mêmes, être là où se trouve la vie : ici et maintenant.

Voyez comme chaque animal, chaque végétal est tout à fait lui-même. À la différence des humains, il ne s’est pas scindé. Sa vie ne dépend pas d’une image mentale de lui-même, il ne se soucie pas de la proté­ger ni de l’améliorer. L’animal est lui-même. La fleur est elle-même. Lire la suite

Agée de 45 ans, dynamique, depuis 2 ans je me sentais épuisée, déprimée, la moindre contrariété m’atteignait ……avec des soucis de santé en surplus (syndrome d’hyperventilation, hypertension artérielle)

 Je voulais que ça change…
Par le biais d’un flyer à la pharmacie,  j’ai découvert et pris contact avec Sylvie , elle m’ a tout de suite mise à l’aise, écoutée,  sans aucuns préjugés….
J’ai donc démarré en toute confiance ces séances, de part sa voix douce et apaisante, on se laisse guider dans le calme.
Le stress et l’angoisse laissent place (au bout d’une dizaine de séances) à la « zen attitude », à une meilleure écoute de soi même, par les techniques de respiration.
Maintenant, je me sens à nouveau pleine d’entrain. J’ai appris à mieux respirer (le syndrome a quasi disparu..et je n ai plus du tout d’hypertension, j ai arrêté toutes médications).
BREF….JE REVIS
Un grand merci à Sylvie pour son aide si précieuse.
Marie-Hélène L.
La présence consciente, c’est quoi ?

La présence consciente, c’est quoi ?

Comme il est facile de se prendre au piège de ses propres prisons mentales !

En effet, le flux de la pensée a une force énorme qui peut aisément nous emporter. Chaque pensée se donne tellement d’importance ! Elle veut attirer toute notre attention.

Le mental humain, dans son désir de connaître, de comprendre et de contrôler, prend ses opinions et points de vue pour la vérité. Il dit : c’est ainsi que cela fonctionne ! Ainsi les dogmes, religieux, politiques, scientifiques, naissent de la croyance erronée selon laquelle la pen­sée peut englober la réalité ou la vérité. Ils sont des prisons conceptuelles collectives. Le plus curieux, c’est que les gens adorent leur cellule, car elle leur donne un sentiment de sécurité et la fausse impres­sion de savoir. Lire la suite

Gérer son stress et ses émotions

Gérer son stress et ses émotions

Les émotions apparaissent à notre esprit à la fois par un ressenti corporel et par des pensées (ou une modification de notre vision du monde). On peut avoir alors l’impression que c’est le monde tel qu’il est qui pose problème, alors que c’est notre vision du monde sous l’emprise de l’émotion.

De même, la réponse-action est souvent disproportionnée : la colère pousse à l’agressivité ou à la violence, la tristesse, au repli sur soi, la peur, à la fuite…

Comment gérer son stress et ses émotions douloureuses ou désagréables ?

En étant à l’écoute de nos sensations, nous savons reconnaître l’émotion qui nous habite. Mettre des mots sur nos ressentis, analyser leur cheminement dans un premier temps.

On peut alors utiliser des exercices destinés à  épuiser  l’émotion, comme en sophrologie. Répétés régulièrement, ces exercices permettent une diminution de l’intensité de l’émotion.

La stratégie consiste ensuite à cultiver les émotions positives. Ainsi plus je ressens, dans la journée, de l’affection, du bien-être, du bonheur, de la compassion, de la bienveillance, moins il y a d’espace pour l’explosion d’émotions destructrices et douloureuses.

Pour mieux comprendre les émotions, lire mon article en cliquant ICI.