Sophrologie et enfance : pour les aider à grandir

Sophrologie et enfance : pour les aider à grandir

Difficultés de concentration, de mémorisation, timidité, manque d’autonomie affective, terreurs nocturnes, colères et caprices, agressivité…, la sophrologie offre des outils pour aider les enfants à grandir, être plus confiants et éprouver un bien-être dans la vie quotidienne.

Dans notre société moderne, les enfants sont hyper stimulés par les informations véhiculées par les nouvelles technologies. Leur curiosité naturelle et leur formidable capacité d’assimilation augmentent considérablement leurs savoirs par rapport aux enfants du même âge à d’autres époques.

Ce phénomène amène à penser que les enfants sont beaucoup plus matures qu’avant. Or, en réalité, leur maturité physique, intellectuelle et émotionnelle n’a pas tant progressé. Cette « nouvelle » maturité  attribuée aux enfants leur a donné de nouveaux droits, mais  leur a également créé de nouveaux devoirs. Aussi, afin de répondre aux exigences accrues, qu’elles soient parentales ou sociétales, de performance scolaire, extrascolaire ou physique, les enfants multiplient les activités.

pre adolescence-sophrologie

Sans cesse sollicités, ils sont de plus en plus stressés, anxieux et dispersés.

Ce décalage entre cette pré-supposée maturité  et leur processus naturel de développement peut parfois rendre les relations difficiles avec leurs parents, leurs enseignants ou leurs camarades.

Consulter un professionnel comme le sophrologue  aide à reconnecter les enfants et leur entourage avec les étapes natu­relles de leur développement.

Chaque étape de l’enfance est le témoin de nombreuses transformations physiques, psychomotrices et intellectuelles qui permettent à l’enfant d’évoluer progressivement.

L’étape de la petite enfance (de 2 ans à 6 ans) correspond au moment où l’enfant apprend à sortir de la fusion parentale. Généralement scolarisé à l’école maternelle, il se découvre et s’ouvre au monde.

Au cours de la petite enfance, la sophrologie peut aider l’enfant :

  • à améliorer sa motricité : car les difficultés d’habileté motrices impactent le bien-être de l’enfant dans sa vie de tous les jours
  • à réduire la surexcitation nerveuse : qui ne lui permet plus de se calmer et qui conduit parfois à des réprimandes et punitions, voire à long terme à un épuisement physique et nerveux pouvant nuire aux apprentissages
  • à gérer ses frustrations : l’enfant apprend à évacuer sa colère, gérer ses caprices et s’exprimer calmement
  • à dormir paisiblement : car les angoisses de la journée se manifestent généralement par des terreurs nocturnes et des nuits agitées, qui peuvent sur le long terme épuiser l’enfant physiquement, mentalement et émotionnellement.
  • A développer son autonomie : et acquérir peu à peu son indépendance face à des liens affectifs privilégiés (parents, doudou, tétine).

Au cours de l’accompagnement, le sophrologue veille particulièrement à adapter son vocabulaire aux possibilités de l’enfant , à adapter le temps des exercices aux capacités de concentration de l’enfant, à répéter régulièrement les règles et les exercices et enfin, à être ludique afin de renforcer la participation et la motivation.

L’étape de la seconde enfance et de la pré-adolescence (de 6 ans à 12-13 ans) correspond au moment où l’enfant développe ses capacités mentales. Généralement scolarisé à l’école élémentaire et au début su collège, c’est l’occasion pour lui d’exprimer sa pensée et d’enrichir sa vie sociale.

Au cours de cette période de l’enfance, la sophrologie peut aider l’enfant et le pré-adolescent :

  • à accepter son corps : assumer son corps et son image
  • à vaincre sa timidité
  • à vivre sereinement tout changement, généralement imposé par ses parents (séparation, déménagement, remariage…)
  • à apprendre plus facilement à l’école
  • à se préparer aux évaluations scolaires, en évacuant sa peur et en se rassurant sur ses capacités

et aussi,

  • à lutter contre certaines phobies
  • à lutter contre la maladie

Le rôle de sophrologue n’étant en aucune façon de se substituer aux parents, au corps enseignant ou médical, l’enfant découvre une autre relation, un autre regard sur lui. Il travaille en fonction de ses capacités, sans craindre l’échec. Il évolue à son rythme.

petite-enfance -sophrologie

Sylvie PRONOST, sophrologie et relaxation, Metz.

(Source d’inspiration pour l’écriture de cet article : Catherine Aliotta, Sophrologie et enfance)

Pour aller plus loin :

Comment aider son enfant à gérer ses émotions et sa peur grâce à la respiration abdominale ? Une vidéo parue dans Minute Forme  ICI .

Votre commentaire