Le bonheur authentique

Le bonheur authentique

Tout a été dit, écrit et enseigné à propos du bonheur. Cela n’empêche pas la parution d’un nombre sans cesse croissant de nouveaux ouvrages consacrés au bonheur et qui rencontrent un franc succès  Parmi eux, les plus plébiscités sont ceux qui proposent des recettes toutes faites, des listes à remplir et des exer­cices à effectuer pour trouver la félicité. La tendance est aux self-help books, des ouvrages destinés à ensei­gner la façon de se prendre en charge soi-même pour résoudre différents aspects négatifs de la vie et créer la perspective d’un avenir plus positif.

Le philosophe français Pascal Bruckner, y voit une « volonté de bonheur » à tout prix qu’il qualifie de « nouvel ordre moral », véritable « idéologie du bonheur » qui crée, en fait, un marché extrêmement lucratif pour de nombreux donneurs de leçons et prescripteurs de recettes.

Or, le bonheur est une affaire globale qui implique toutes les dimensions la personne : le corps, les sensations, les émo­tions, la pensée, les croyances, le sens, l’engagement, l’action. La définition du « bonheur authentique » intro­duite en 2002 par Martin Seligman, professeur et chercheur en psychologie, a le mérite de rappeler cette multi dimensionnalité ; elle constitue une sorte de guide pour qui souhaite apprendre à être heureux.

Car il n’y a pas de recette unique. Chacun devra inventer la sienne en dosant le plaisir, l’engagement et le sens. Reconnaître l’importance de ces trois grands piliers de la félicité permet de baliser notre propre chemin pour atteindre le bonheur.

Le enquêtes de Seligman ont révélé que le bonheur est un processus à travers lequel nous développons notre potentiel personnel, un chemin qui nous permet de révéler la meilleure part de nous-mêmes.

Ces trois dimensions : le plaisir, l’engagement et le sens sont nécessaires à son apparition. Cependant, elles ne sont pas présentes chez tout le monde dans les mêmes proportions. Ainsi certains trouveront plutôt leur satisfaction dans la recherche de plaisirs. D’autres ne seront heureux que s’ils peuvent défendre leurs valeurs, enfin certains, s’attèleront à structurer leur monde en se lançant dans des tâches qui mobilisent toute leur attention.

Pourquoi avons-nous besoin de plaisir? 

Professeur de psychologie à l’université du Texas, David Buss répond à cette question en expli­quant que la sensation de plaisir a joué un rôle fondamental dans l’évolution des espèces, en particulier la nôtre.

Ainsi, le fait d’éprouver du plaisir a renforcé la motivation de nos ancêtres à accomplir une série de tâches indispensables à leur survie. Manger, trou­ver un abri, se réchauffer, se reproduire, élever les enfants, trouver une place dans la hiérarchie sociale : toutes ces activités demandent des efforts considérables, en particulier lorsqu’on est confronté à un environnement hostile.

Et donc, ce n’est pas un hasard si leur accomplis­sement fructueux génère tant de plaisir. Toutefois, de nombreuses enquêtes montrent que la présence de plai­sir se révèle moins importante que l’absence de déplai­sir. Ainsi, en termes de survie, il est plus impor­tant d’identifier une menace éventuelle qu’un béné­fice potentiel et la sensation de déplaisir est donc plus vive que celle due au plaisir.

Prenons l’exemple d’un individu qui perd un billet de 100 euros, son déplaisir éprouvé à la suite de cette perte est plus grand que le plaisir ressenti lors du gain de la même somme.

Quoiqu’il en soit, assouvir un désir, supprimer une douleur, éprouver une sensation agréable répondent à notre besoin de plaisir et le bénéfice que nous obtenons en y répondant est souvent immédiat.

A quoi répond notre quête de sens ?

Donner un sens à nos expériences nous permet d’espérer pouvoir contrôler le cours des événements. Cela nous rassure. De plus, nous avons besoin de nous motiver pour avancer. On peut connaître des périodes de souffrance physique ou affective tout en demeurant globalement heureux. Cela dépend de l’importance que nous accordons à notre quête de sens. C’est elle qui détermine notre capacité à endurer les frustrations du présent en gardant l’espoir de pouvoir continuer à concrétiser nos idéaux dans le futur.

Avoir une raison d’être, mettre nos qualités essentielles au service d’un objectif qui donne une direction à notre vie, se sentir en phase avec le meilleur de nous-même, voilà qui remplit notre quête de sens. Le bénéfice que nous espérons récolter en le satisfaisant se situe dans le futur.

Ainsi écrit Thierry Janssen, médecin et psychothérapeute :  » Notre besoin de plaisir et notre besoin de sens ne se conjuguent pas aux mêmes temps  »

Sommes-nous tous également doués pour être heureux ?

Cette question a fait l’objet de nombreuses études et il ressort que le bonheur serait influencé à hauteur de 50% par des facteurs génétiques : une prédisposition au bonheur, mais ceci n’impliquant pas forcément que l’on sera heureux !

Reste donc 50% qui nous appartiennent et qui relèvent de notre investissement personnel. Alors trouvons ce compromis entre notre désir de plaisir, notre besoin de sens et les atouts naturels dont nous disposons pour remplir une vie agréable et pleine de signification. La nature est bien faite, car le bonheur nous donne l’énergie nécessaire pour agir, pour changer le monde, pour venir en aide à autrui.

Le bonheur élargit notre vision du monde.

Parfois, certaines limitations ou inhibitions qu’il nous parait difficile de dépasser freinent notre progression vers un plus grand respect de nos besoins essentiels, dans cette quête du bonheur (ici). Rien n’empêche, dans ce cas, de chercher de l’aide auprès d’un professionnel qui jouera à la fois le rôle d’un miroir objectif et celui d’un accompagnant bienveillant, nous offrant des repères et des encouragements dans notre cheminement.

Car les chemins de réalisation de nous-mêmes nous conduisent souvent plus loin que nous ne l’avions imaginé.

Sylvie Pronost

(Source d’inspiration pour l’écriture de cet article : Le défi positif, de Thierry Janssen)

2 thoughts on “Le bonheur authentique

  1. Un texte plein d’enseignement et qui mérite d’être lu attentivement,il faut pour trouver une certaine sérénité appréhender les choses avec beaucoup d’optimisme.Merci Sylvie.
    Roger

Votre commentaire