Hommage à Frédérick Leboyer, père de la naissance sans violence

Hommage à Frédérick Leboyer, père de la naissance sans violence

Le Dr Frédérick Leboyer est mort le 25 mai dernier à l’âge de 98 ans. Son ouvrage Pour une naissance sans violence, paru en 1974, a bousculé le corps médi­cal et lentement fait changer le regard porté sur l’enfant nais­sant dans le monde occidental. L’équipe du magazine L’Enfant et la Vie l’a rencontré quelques mois avant son décès.

Au début de sa carrière, après la Seconde Guerre mondiale, Frédérick Leboyer est un obs­tétricien classique. Mais, au tournant des années 1970, alors qu’on commence à parler de l’accouchement sans douleur, il se met à regarder avec attention l’enfant qui naît. La souffrance de celui-ci lui saute soudain aux yeux.A une époque où la médecine affirme sans ciller que les bébés n’ont pas de conscience et les opère sans anesthésie, Frédé­rick Leboyer renvoie aux mé­decins accoucheurs, aux sages- femmes, aux parents même, un miroir sans concession : « Ça, une naissance ? C’est un assas­sinat ! » Point besoin d’études scientifiques pour s’en persua­der : pour lui, il suffit d’ouvrir les yeux et les oreilles, de voir le visage et les poings du nou­veau-né crispés de souffrance et d’entendre ses hurlements.

Il prône et se met à pratiquer un accueil « sans violence », dans « la pénombre, le silence, le recueillement ». Il insiste pour que le bébé soit immé­diatement posé sur le ventre de la mère : la pesée, les mesures et autres examens peuvent at­tendre. Il suggère de lui donner un bain, non pour le laver, mais pour lui faire « goûter une tié­deur toute pareille au ventre ma­ternel ». La grande majorité du monde médical s’indigne alors de ce petit livre à l’effet coup de poing. Mais son retentissement est immense : il est traduit en une trentaine de langues et son auteur multiplie les confé­rences et les interviews. Malgré de grandes résistances dans les hôpitaux, où on le traite de tous les noms, les mentalités vont évoluer peu à peu.

Aujourd’hui, si les bébés ne sont plus frappés sur les fesses et te­nus la tête en bas à la naissance, c’est grâce à lui. Si la lumière est tamisée dans les salles d’accou­chement, c’est grâce à lui. Si l’on dépose le plus souvent le nouveau-né sur le ventre de sa mère, en « peau-à-peau », c’est grâce à lui. Qu’il en soit remer­cié.

Pour modérer la technicisation actuelle de la naissance, son travail mériterait d’être poursuivi, relu, remis au goût du jour et au programme des formations des soignants. Ce serait le plus bel hommage à lui rendre.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de cet article d’Anne Bideault, journaliste et directrice de publication au magazine, L’Enfant et la Vie, dans la revue Biocontact de juillet-Août 2017.

Pour aller plus loin,

Frédérick Leboyer, sa vie .Frederick Leboyer père de la naissance sans violence

Frédérick Leboyer, ses livres les plus connus : en 1974 : Pour une naissance sans violence (Ed. Seuil)

en 1976 : Shantala – Un art traditionnel – Le massage des enfants et en 1996 : Si l’enfantement m’était conté

Frédérick Leboyer, ses films : en 1983 : Le Sacre de la naissance (Gaumont) et en 2008 : Naître autrement

Votre commentaire