Philosophes de la joie : ces sages qui nous aident à vivre

Philosophes de la joie : ces sages qui nous aident à vivre

Les philosophes sont à la mode et à notre époque où nos enfants connaissent mieux les héros de la Guerre des étoiles que ceux de l’Iliade, il n’est question que de la sagesse grecque et la vertu romaine.

Cet été Le Figaro Magazine publie un dossier pour s’y retrouver entre les différentes familles de la pensée antique, à la recherche d’une philosophie pratique centrée sur un bon usage de soi.

En d’autres termes : comment mieux vivre ?

Lire la suite

Peur de ne pas être « assez »

Peur de ne pas être « assez »

Peur de ne pas être « assez », peur de ne pas avoir de valeur, notamment aux yeux des autres. Ces peurs infondées sont typiquement le produit d’un processus mental.

Le mental, c’est cette cogitation incessante de la pen­sée qui prend l’ascendant sur le cœur et le corps, au détriment de l’intuition, de l’instinct, de la conscience d’être.

Quand vous êtes dans le mental, c’est un peu comme si vous n’habitiez plus votre corps

Lire la suite

Comment lâcher prise des croyances et messages limitants ?

Comment lâcher prise des croyances et messages limitants ?

Lâcher prise c’est accepter de s’ouvrir à ce qui vient, de changer son regard, de modifier son interprétation, c’est aussi parfois faire le deuil de quelque chose à quoi on tenait, c’est encore pardonner et mettre son attention sur ce qui est ici et maintenant.

Lâcher prise c’est s’autoriser à trouver son chemin vers la liberté.

Les croyances limitantes

Tout au long de notre vie, nous développons des croyances, des habitudes, des craintes diverses. Nous imaginons toutes sortes de dangers qui nous poussent à contrôler ceux qui nous entourent et le monde dans lequel nous vivons. Nous acceptons des limites qui n’en sont pas vraiment, et nous nous plaignons de ce que nous croyons être notre prison. Lire la suite

Le jour où je me suis aimée pour de vrai

Le jour où je me suis aimée pour de vrai

Pour ce passage vers la nouvelle année, je voudrais vous offrir un texte extrait du livre écrit par Kim McMillen,  When I Loved Myself Enough (Le jour où je me suis aimée pour de vrai) et qui rassemble ses réflexions sur l’amour de soi.

Ce livre s’est d’abord transmis de parent à enfants à amis, jusqu’à ce que sa fille, Alison McMillen, le fasse éditer en 2001, souhaitant ainsi faire connaître le témoignage et la sagesse de sa mère, décédée prématurément en 1996.

Ce livre contient des vérités simples et profondes sur l’estime de soi, sur notre temps limité sur terre, sur le fait que nous ne sommes jamais seuls, sur le fait qu’aimer les autres commence toujours par s’aimer soi-même. Lire la suite

Sophrologie et lâcher-prise

Sophrologie et lâcher-prise

Importée d’Inde à la fin des années 1970, la notion de lâcher-prise va à l’encontre de nos diktats de performance. Mieux la comprendre, c’est aborder chaque moment de la vie avec davantage de souplesse.

Lâcher prise, c’est difficile

Renoncer à la tentation du contrôle, perdre de vue ses préoccupations habituelles, ses certitudes, changer de façon de penser, cela revient à se confronter à la liberté, à prendre le risque de s’aventurer dans l’inconnu. Or la liberté et l’inconnu effraient.

« S’accrocher à ses vieilles souffrances est plus rassurant que de s’ouvrir aux surprises de la vie. » explique François Roustang, philosophe et psychanalyste. Lire la suite

La présence consciente, c’est quoi ?

La présence consciente, c’est quoi ?

Comme il est facile de se prendre au piège de ses propres prisons mentales !

En effet, le flux de la pensée a une force énorme qui peut aisément nous emporter. Chaque pensée se donne tellement d’importance ! Elle veut attirer toute notre attention.

Le mental humain, dans son désir de connaître, de comprendre et de contrôler, prend ses opinions et points de vue pour la vérité. Il dit : c’est ainsi que cela fonctionne ! Ainsi les dogmes, religieux, politiques, scientifiques, naissent de la croyance erronée selon laquelle la pen­sée peut englober la réalité ou la vérité. Ils sont des prisons conceptuelles collectives. Le plus curieux, c’est que les gens adorent leur cellule, car elle leur donne un sentiment de sécurité et la fausse impres­sion de savoir. Lire la suite

Zen attitude : du temps pour soi

Zen attitude : du temps pour soi

Du stress occidental au karoshi, le burn-out japonais, le stress est aujourd’hui un phénomène universel qui peut empoisonner l’existence, au sens propre comme au figuré. De l’enfant angoissé par ses résultats scolaires à l’adulte qui doit faire face à la pression de la vie économique, au manque de temps ou aux accidents inhérents à la vie (deuil, divorce, maladie…), chacun au cours de sa vie est appelé à gérer le stress. Lire la suite

Gérer son stress et ses émotions

Gérer son stress et ses émotions

Les émotions apparaissent à notre esprit à la fois par un ressenti corporel et par des pensées (ou une modification de notre vision du monde). On peut avoir alors l’impression que c’est le monde tel qu’il est qui pose problème, alors que c’est notre vision du monde sous l’emprise de l’émotion.

De même, la réponse-action est souvent disproportionnée : la colère pousse à l’agressivité ou à la violence, la tristesse, au repli sur soi, la peur, à la fuite…

Comment gérer son stress et ses émotions douloureuses ou désagréables ?

En étant à l’écoute de nos sensations, nous savons reconnaître l’émotion qui nous habite. Mettre des mots sur nos ressentis, analyser leur cheminement dans un premier temps.

On peut alors utiliser des exercices destinés à  épuiser  l’émotion, comme en sophrologie. Répétés régulièrement, ces exercices permettent une diminution de l’intensité de l’émotion.

La stratégie consiste ensuite à cultiver les émotions positives. Ainsi plus je ressens, dans la journée, de l’affection, du bien-être, du bonheur, de la compassion, de la bienveillance, moins il y a d’espace pour l’explosion d’émotions destructrices et douloureuses.

Pour mieux comprendre les émotions, lire mon article en cliquant ICI.

Nos émotions : comment les accepter et les gérer ?

Nos émotions : comment les accepter et les gérer ?

Quand j’étais petite, l’un des principes éducatifs de mes parents était que je sois une petite fille sage et raisonnable. Et dans ce raisonnable, il y avait l’idée qu’il ne faut pas laisser les émotions prendre trop de place. On retrouve là l’opposition traditionnelle, en Occident, entre raison et émotion : on valorise la raison et on réfrène les émotions.

Déjà dans l’Antiquité, les grecs se méfiaient des émotions, perturbatrices de l’ordre social, comme l’orgueil (l’hybris), démesure de la fierté et de la confiance en soi. Lire la suite